Apprendre à ramer à la SRR.

Publié le par Société des Régates Rennaises - Aviron

Apprendre à ramer à  la SRR.

Sur les débuts de l’apprentissage à la SRR du geste du rameur, d’abord sur banc fixe puis sur siège mobile, on ne dispose guère d’informations. Tout au plus, peut-on se référer aux premiers théoriciens du canotage ou du “rowing”, qui, comme Bradford, en 1881, énoncent les “premiers principes de l’instruction du novice” (L’Aviron. Théorie pratique et raisonnée, pp. 14-25) et recommandent l’utilisation, à cette fin, de la yole-gig ou, par la suite, de yoles à deux rameurs de pointe où le barreur (qui est souvent le “chef d’entraînement”) peut donner les conseils nécessaires à l’apprentissage. Les initiés pourront ensuite embarquer dans des yoles à quatre et, s’ils envisagent la compétition, sur des outriggers.

Cependant, dans le dernier quart du XIXe siècle, il existe déjà des machines à ramer (décrites, en 1895, y compris le tricycle-rameur, dans Le Sport de l’aviron, par un ex –champion, pp. 22-27) ­ qui permettent de découvrir en salle les rudiments du geste. La SRR en a possédé au moins une, dont seules les poignées sont conservées (SRR Informations du 20-11-81). Elles seront progressivement perfectionnées (par exemple, avec l’exercising apparatus de Malcom&Hardy (1932), visible à partir de novembre à l’exposition “Tous de sortie”, à l’Ecomusée de Rennes), avant qu’à partir de 1975, les ergomètres ne les remplacent.

A une époque où l’on se pose la question des “cours pour débutants”, une machine à ramer, installée sur le côté du ponton d’embarquement, dont l’acquisition est envisagée dès 1934, permettra, avec son aviron de pointe à palette évidée, de découvrir les éléments du geste, en milieu quasi naturel, ainsi que “la façon de saisir l’eau et de conduire l’aviron à travers une masse liquide”. Après ce passage obligé ( on “passe à la machine à ramer”, y compris, par la suite, pour corriger le geste), le débutant est admis dans une yole de mer à deux ou à quatre, où il rame en pointe. Au début des années 1960, alors que les premières yolettes “en plastique” pour l’initiation font leur apparition, un protocole très strict déterminera qui, parmi les ex -débutants, est autorisé à embarquer sur des bateaux fins, soit des outriggers, avec la possibilité de pratiquer l’aviron de couple.

Mais la grande aspiration de la SRR est, dès 1937, dans la perspective de la construction d’un nouveau garage, de s’équiper d’un tank à ramer en lieu clos, une installation déjà expérimentée à l’Union Nautique de Lyon à la fin du XIXe siècle. Dans les archives de la SRR (AMR 26Z45), sont conservés les plans d’un tank de 7.80 de large par 11 m de long avec 4 postes et 2 bassins vidangeables. On dit que c’est le CA Marseille qui en sera, le premier, équipé, en 1946. Ce projet de tank, non suivi d’effets, ressurgira, en 1941, puis, au début des années 1970, lors de la construction de l’actuelle base nautique, inaugurée en 1977.

A cette date, dans la présentation de l’aviron faite par la SRR, il est encore dit que “l’initiation à l’aviron, c’est d’abord la “machine à ramer” et, sur une photo parue dans Ouest-France, le 11-12-1997, on peut encore la voir installée, devant le catamaran, construit, en 1979, par Roland Nugue et offert par le président d’honneur de la SRR, Marcel Guillet (SRR-Informations, 09/05/80). Cette embarcation à flotteurs, permet d’initier simultanément quatre rameurs, sur l’eau, avec un moniteur embarqué, et qui peut rester évoluer entre les rameurs. Un journaliste d’Ouest-France a, le 10-11-1987, sur le mode plaisant, fait le récit de sa découverte de l’aviron sur ce curieux appareil rapidement entré en désuétude, mais dont le principe sera, dans une certaine mesure, repris par les planches à ramer dont le REC-Aviron est équipé.

A la SRR, en 1996-1997, on optera pour l’acquisition de bateaux “Virus”, bien adaptés à l’initiation scolaire (tout comme les skiffs Ramtonic acquis par le SIUAPS le furent pour l’initiation des étudiants) et, en 2002, d’un huit Ramtonic dit “Entreprise”, transformable en 4, qui permettra également, dans des conditions de stabilité supérieure à celle des Ramtonic à deux, la découverte de la pratique de l’aviron.

A la SRR, jusqu’en 2016, la découverte de l’aviron se faisait encore sur ces Virus ou sur le bateau “Entreprise” “CG35” dit “Charles de Gaulle (actuellement échoué) et l’initiation dans des yolettes (ou sur la yole de mer réhabilitée, “Fleur d’Ajonc”), avec à la barre et à la nage des rameurs ou rameuses expérimenté(e)s, parfois titulaires du brevet fédéral d’initiateur, et toujours soucieux de la transmission de leur savoir.

J.-F. BOTREL (Août 2016)

Apprendre à ramer à  la SRR.

Publié dans 150ème anniversaire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article